JOB, c’est toute une histoire

C’est toute une histoire JOB.
Une histoire papetière, une histoire industrielle, une histoire ouvrière, une histoire syndicale, une histoire sociale, une histoire associative, une histoire culturelle… JOB, c’est tout cela à la fois.

Nous sommes à Toulouse, dans le quartier des Sept-Deniers. Nous y trouvons aujourd’hui l’Espace JOB, un centre culturel de la Ville de Toulouse, pluridisciplinaire et participatif, à la programmation riche et éclectique. Le centre culturel prend corps dans un bâtiment devant lequel nul passant ne peut résister à l’envie et à la curiosité de s’arrêter. Un bâtiment qui en impose, un véritable paquebot, « l’amiral JOB » comme il est surnommé. Un bâtiment dont on sait intuitivement et directement qu’il a une histoire, qu’il a vu nombre d’événements plus ou moins joyeux, plus ou moins marquants, et qui présage d’avoir encore de beaux jours devant lui. Il s’agit d’un bâtiment construit dans les années 30 par l’architecte Pierre Thuriès et classé au patrimoine industriel du XXe siècle. C’est le seul bâtiment encore debout de l’ancienne usine JOB, une des dernières usines intra-muros de Toulouse, fermée en 2001. JOB, c’est une marque de papier, le fameux papier à cigarettes JOB bien connu. Mais à l’usine des Sept-Deniers, il n’a jamais été question de papier à cigarettes. Il s’agissait du haut de gamme de la marque : la fabrication du papier couché classique, un papier très réputé, qualifié de « meilleur papier du monde ». Il y avait alors à cet endroit une usine, un endroit clos, où se relayaient de nombreux ouvriers à différents postes. Un véritable fleuron industriel. Mais à partir de la fin des années 1980 et du rachat du groupe JOB par Vincent Bolloré en 1986, ce fleuron a connu des déboires. Réorganisation, dégradation du travail, usurpations, mensonges, divers rachats, grèves, manifestations, malversations, liquidations judiciaires, redressements judiciaires, plans sociaux, recours juridiques, actions syndicales, luttes, etc.  Les ouvriers et les syndicats se sont battus 6
années pour sauver leur usine et lFESTIVES MH copieeurs emplois. La justice a fini par condamner certains dirigeants et personnes mêlées aux déboires que l’usine et les ouvriers ont subi. Malgré la mobilisation de ces derniers, la liquidation judiciaire de l’usine des Sept-Deniers est prononcée en 2001, le plan social est signé, et l’usine fermée. Une histoire qui marque des personnes, des familles, un corps de métier, un syndicat, un quartier, une ville, et plus encore. Et l’histoire ne s’est pas arrêtée là, car anciens ouvriers et habitants du quartier se sont réunis et ont poursuivi la lutte dans les années 2000, une lutte cette fois-ci pour obtenir la préservation du bâtiment principal de l’ancienne usine, en faire un lieu de vie et un lieu culturel, et créer devant une grande place. En résultent le collectif JOB et l’Espace JOB.


Le corpus d’archives orales réalisé pour les Archives municipales de Toulouse

C’est à toute cette histoire que se sont intéressées les Archives municipales de Toulouse en 2017 et 2018. Des travaux, et notamment deux ouvrages*, avaient déjà été réalisés afin d’étudier et relater l’ensemble de l’histoire de JOB des Sept-Deniers à Toulouse. Cependant les Archives municipales de Toulouse voulaient retrouver les anciens acteurs de tous ces événements, constituer un corpus d’archives orales retraçant cette histoire et le conserver aux Archives. La collecte de ces archives orales a été confiée à BIRD et c’est ainsi qu’Anaëlle Guérin s’est attachée à étudier ce sujet et a mené 7 entretiens. 7 témoins ont en effet été sélectionnés pour livrer leur témoignage : trois anciens ouvriers de JOB (deux syndicalistes (CGT) très impliqués dans la lutte pour le maintien de l’activité et des emplois et contre la fermeture de l’usine, et un immigré portugais), une ancienne analyste de gestion à JOB (qui était donc plutôt au niveau de la direction), l’ancien inspecteur du travail ayant autorité sur le secteur géographique de l’usine JOB, la présidente du Collectif JOB, et l’actuelle responsable de l’Espace JOB. Les Archives municipales de Toulouse souhaitaient de fait retracer l’histoire de JOB jusqu’à nos jours et ancrer cette histoire dans le présent. Aucun représentant d’une des directions n’a participé à la collecte de témoignages. Après étude de l’histoire de JOB et de l’usine des Sept-Deniers, les entretiens ont été menés (des entretiens semi-directifs, filmés à l’aide de 2 caméras). Ceux-ci ont eu lieu à l’Espace JOB, dans une petite salle de réunion. Même si le bâtiment a subi de nombreuses transformations lors de sa réhabilitation en un centre culturel, le lieu des entretiens faisait sens et certains témoins ont pu nous situer dans l’espace leurs souvenirs. Chaque témoignage a ensuite été documenté (fiches de synthèse et fiches chronothématiques) et l’ensemble du corpus d’archives orales remis aux Archives municipales de Toulouse.

Le tout est en ligne. Vous pouvez consulter les témoignages sur la base de données des Archives municipales de Toulouse (recherche globale, notices contenant « Job », 8 notices vidéos).
Les Archives municipales de Toulouse ont également demandé à BIRD de réaliser un court teaser résumant l’histoire de JOB, permettant de valoriser la collecte réalisée par les Archives municipales de Toulouse et donnant envie d’aller plus loin et d’écouter un ou plusieurs témoignages.
Bonne écoute et belle plongée dans cette histoire plurielle et toulousaine !

 

bâtiment JOB

* Yannick Le Quentrec et Stéphanie Benson, Un job pour la vie : les salariés de JOB en lutte, 1995-2001, Paris, Éd. Syllepse, Collection Le présent avenir, 2005, 422 p.

En quête de JOB, texte de Frédérique Martin, film de Ouahide Dibane, Éd. Zorba, 2009, 79 p.
BIRD - Menu
×