Des collectes de témoignages sur l’île d’Oléron

L’île d’Oléron, territoire rural attirant des milliers de touristes en haute saison, est riche de beaux paysages et d’une histoire locale à préserver. La Communauté de communes de l’île d’Oléron gère trois sites culturels, touristiques et patrimoniaux : le Musée de l’île d’Oléron, le Port des Salines, et la Maison paysanne. En mauvais état de conservation, cette dernière est fermée au public en 2010 et ses collections transférées aux réserves muséales intercommunales.
La décision est alors prise de réhabiliter ce site en un centre d’interprétation sur l’éco-construction d’hier à aujourd’hui dédié à l’architecture vernaculaire oléronaise. Hier, la maison rurale était, de manière pragmatique, écologique (matériaux locaux, conception optimisée, mode de vie économe). Aujourd’hui, enrichie par nos préoccupations environnementales, la maison tend à redevenir écologique (matériaux biosourcés, conception bioclimatique, sens du partage et de l’effort commun). Un bâtiment contemporain sera construit à côté de la Maison paysanne afin d’accueillir ce nouveau centre d’interprétation. Quant aux bâtiments existants de la Maison paysanne, ils seront restaurés au fil des années par des chantiers participatifs.

Dans le cadre de ce projet de réhabilitation, trois collectes de témoignages, deux sonores et une filmée, ont été réalisées. Anaëlle Guérin est l’une des personnes ayant travaillé sur ces collectes, entre avril et septembre 2016. Une première collecte, sonore, s’intéressait à la définition de la maison oléronaise. Ainsi, une dizaine de témoins, habitants ou experts, de tout âge (des enfants aux personnes âgées) ont témoigné de ce qu’est pour eux la maison oléronaise. La deuxième collecte, sonore également, avait pour objectif de retracer l’histoire de la construction de la Maison paysanne, maison construite ex nihilo par les bénévoles de l’association folklorique Les Déjhouquès dans les années 1970. Anaëlle Guérin a enregistré 5 témoignages de personnes ayant participé à cette aventure associative. Un autre témoignage sonore a également été enregistré au sujet de légendes autour de villages oléronais inondés ou submergés par le sable. Enfin, la troisième collecte, filmée cette fois, avait deux thèmes : l’éco-construction d’une part, et l’éco-hameau d’autre part. Elle a été menée en collaboration avec MO-TV, la télévision participative de Marennes-Oléron TV et une dizaine de bénévoles. Une quinzaine d’interviews ont été menées, d’une durée assez courte (entre 15 et 30 minutes) au vue des thèmes abordés et de la dimension participative de la collecte.

Chacune de ces collectes a un double objectif. Le premier objectif est documentaire, c’est-à-dire que les témoignages permettent d’acquérir des connaissances sur les sujets abordés. Le second objectif est directement lié à une valorisation au sein du centre d’interprétation. Ainsi, des extraits seront proposés à l’écoute du visiteur afin que celui-ci s’imprègne des multiples définitions données de la maison oléronaise, comprenne l’histoire de la Maison paysanne, et puisse être sensibilisé à l’éco-construction et à l’éco-hameau. Les témoignages deviennent alors une richesse à mettre en valeur dans le parcours de visite proposé au centre d’interprétation : ils permettent de familiariser le visiteur tout en l’invitant lui-même à s’interroger, de donner la parole aux habitants comme aux experts et à ceux qui ont œuvré sur l’île d’Oléron pour son patrimoine architectural, et de se faire proche des initiatives actuelles et locales.

Réouverture de la Maison paysanne prévue pour le printemps 2018.

BIRD - Menu
×